Enligne : Editos

Editos

Les éditos de Pierre Auguste

Électricité Substitut du Pétrole Propulsif. 3-Le ROI Pétrole se meurt. Vive l'Ampère-Heure

 

 

Le Roi Pétrole se meurt. C'est dans l'ordre de la nature et des réalisations humaines. Mais il s'attarde un peu à conserver ses acquis. Les écologistes veulent l'achever. Ils ont préparé le corbillard. Ils ont étrillé les chevaux noirs qui vont le tirer. Ils ont coiffé leurs dadas traditionnels de pompons pimpants. Ils ont déjà saisi les cordons du poêle.

 Mais les rois sont tenaces. Ils s'accrochent à leur terrestre séjour. De nombreux indices laissent penser que tous les rois de la création projettent en secret un réseau nouveau auquel les défenseurs de l'herbette verdelette semblent n'avoir pas pensé. Nul ne sait quelle soupe verte ils vont nous concocter.

...

Par Pierre Auguste le 2020-10-27

Électricité Substitut du Pétrole Propulsif. 2- La Batterie est en Danger

 

 

Nul n'ignore que l'énergie peut prendre diverses formes . Chacune est plus ou moins utilisable par l'homme pour satisfaire des besoins plus ou moins personnels, plus ou moins vitaux.

 Partout, le roseau pensant a appris depuis longtemps à utiliser les propriétés de la chaleur pour plus de confort et mieux se nourrir, la force de l'eau et la force du vent du vent pour moins et mieux travailler, se déplacer plus vite et plus commodément.

...

Par Pierre Auguste le 2020-10-20

Électricité Substitut du Pétrole Propulsif. 1 Diversité des besoins à satisfaire.

 

 

Les discours « énergétiques »m'ont remis en mémoire un vénérable manuel de physique qui a armé mon intellect devenu aujourd'hui quasi nonagénaire

 Chacun des chapitres y était précédé par un aphorisme philosophique. Je me souviens notamment de cette forte phrase selon laquelle  « l'énergie est une entité physique, c'est aussi une qualité morale. »

 Ainsi s'établissait, arche après arche, un pont entre la diversité des choses de la vie et l'une des plus dures sciences qui soit.

...

Par Pierre Auguste le 2020-10-14

Le mal du siècle nouveau est arrivé

 

 

Notre pays entretient, au fond de l'âme de son intelligentzia, le regret du temps où elle régnait sur l'Europe des lumières.

 Les révolutions politiques, industrielles, sociétales, médiatiques, culturelles, les guerres et, comme pour couronner le tout, la grippe espagnole, sont passées par là et ont engendré un mal de vivre que nul romantisme n'a su soigner.

...

Par Pierre Auguste le 2020-10-06

Constance et Variabilité

Constance et Variabilité.

 

L'homme est un être étrange et paradoxal. Il est le résultat d'une longue et lente série de mutations qui impatienterait le plus véloce des virus.

 

Du haut de la selle de son quadrupède, notre Aquitain Montaigne avait remarqué que le bipède humain était « ondoyant, divers et contradictoire. »

 

Il semble bien qu'il en soit toujours ainsi.

 

Les jeunes générations attendent beaucoup de l'organisation sociale qui est essoufflée et n'envisage guère que de les accompagner. Salut la compagnie !

 

Les jeunes ont toujours préféré les amusements aux obscurs et lassants travaux nécessaires pour assumer leur chienne de vie. Ils apprennent sur le tard que le corps humain est rancunier et ne pardonne pas les outrages qu'on lui a fait subir.

 

Plus que jamais jeunes et vieux doivent se soumettre à la variabilité des réalités, des attentes, des humeurs.

 

Que l'on se rassure, je ne vais pas me lancer dans d'austères leçons à ceux qui préfèrent se donner du bon temps, tant qu'il en est encore temps.

 

Je vous propose pour vous distraire de faire un petit détour par le seizième, non le seizième arrondissement, mais par le seizième siècle où l'on aimait tout à la fois, aimer, se faire aimer et s'amuser. Relisez d'abord à la lumière noire d'aujourd'hui, le Carnaval de Joachim du Bellay (1522-1560.) Vous y trouverez peut-être quelques résonances avec la déraison des enfants de notre siècle.

 

 

Voici le carnaval, menons chacun la sienne,
Allons baller en masque, allons nous promener,
Allons voir Marc Antoine ou Zany bouffonner
Avec son Magnifique à la vénitienne :

 

Voyons courir le pal à la mode ancienne,
Et voyons par le nez le sot buffle mener :
Voyons le fier taureau d'armes environner,
Et voyons au combat l'adresse italienne :

 

Voyons d'œufs parfumés un orage grêler,
Et la fusée ardent siffler menu par l'air.
Sus donc, dépêchons-nous, voici la pardonnance :

 

Il nous faudra demain visiter les saints lieux,
Là nous ferons l'amour, mais ce sera des yeux,
Car passer plus avant, c'est contre l'ordonnance.

 

Lisez ensuite ce texte de Pierre de Ronsard (1524-1585)

 


Lors que Bacchus entre chez moy

 

Je chasse incontinent l'esmoy,
Et ravi d'esprit il me semble
Qu'en mes bougettes j'ay plus d'or,
Plus d'argent, et plus de trésor
Que Mide, ny que Crœse ensemble.
Je ne veux rien sinon tourner
Par la danse, et me couronner
Le chef d'un tortis de lierre :
Je foule en esprit les honneurs,
Et les estats des grands Seigneurs
À coups de pied j'escraze à terre.
Page, verse du vin nouveau,
Arrache-moy hors du cerveau
Le soin, par qui le cœur me tombe.
Verse donc pour me l'arracher :
Il vaut mieux yvre se coucher
Dans le lict, que mort dans la tombe.

 

Vous remarquerez au passage que nos deux auteurs, comme on dit, n'ont pas fait de vieux os. Et que, hormis le vocabulaire et les motifs de dérision, il n'y a rien de bien nouveau sous le soleil.

 

 

Pierre Auguste

 

Le 30 septembre 2020

 

 

...

Par Pierre Auguste le 2020-09-29

Discours de victoire

 

 

Dans cette chronique anachronique, nous nous plaisons à rappeler et à démontrer qu'il n'y a rien de nouveau sous le soleil. Et que tout a été dit ou écrit. Nous allons aujourd'hui quelque peu déroger à cette habitude.

 Le soleil est souvent convié pour célébrer les victoires. Il faut se l'approprier, ne pas décevoir ceux qui ont combattu. Sans remonter jusqu'aux rhéteurs de l'antiquité, chacun sait que les généraux vainqueurs exhortent les combattants pour les préparer à payer de leur personne les gloires futures de leur chef .

 « Soldats, je suis content de vous ! » clama Napoléon premier en 1805, après la victoire sous le soleil d'Austerlitz.

...

Par Pierre Auguste le 2020-09-22

Et d'abord la santé

Et d'abord la santé

 

Réjouissez-vous frères humains ! Les Dieux de la Santé veillent sur vous.

Tous les instants, durant lesquels Dieu vous prête vie, sont placés sous la bienveillance d'Hippocrate de Cos et de tout le personnel médical dûment assermenté en son nom.

Un virus « cyclopathe », dont vous avez peut-être entendu parler, fait le tour du monde à grand bruit. Il trouble le sommeil de ceux qu'il n'endort pas pour l'éternité.

Silence, il tourne !

Toujours prêt à parfaire mon édification l'un de mes plus anciens condisciples m'a adressé un texte insécable que je vous joins en annexe in extenso.

 Je ne sais pas où il a pêché cette information dont je ne vous garantis pas l'authenticité ni l'exhaustivité. Je sens s'éveiller en moi le doute cartésien que, depuis longtemps, j'ai pris l'habitude de pratiquer.

Dans moins de deux ans, j'entrerai en ma dixième décennie durant laquelle, si le virus veut, et si les Dieux de la Santé permettent, j'espère pouvoir passer tranquillement le reste de ma vie à taquiner jeunes guerriers et Walkyries qui se bousculent sur le seuil du Walhalla politicien.

Vous comprendrez pourquoi, bien que je ne sois candidat à aucune élection, je ne veux fâcher personne. Je ne vous livrerai donc aucun commentaire et vous laisserai apprécier ce que peut produire l'ingénierie politique médicale et administrative.

Internet suffit à la tâche. D'aucuns n'y vont pas de langue morte et parlent de métastases institutionnelles.

Pour le bien de l'humanité et la gloire de ceux qui la servent de haut en fouettant les galériens.

 

 Pierre Auguste

 Le 16 septembre 2020

 

.

ANNEXE. Texte qui circule Sur Internet

 

Cette épidémie a fait découvrir que nous avions en France :

 * Le Ministre de la Santé

 * Le Directeur Général de la Santé

  * La Direction de Santé Publique France

 * Le Directeur de la Haute Autorité de Santé

 * les Directeurs des Agences Régionales de Santé

 * Le Directeur de l'Agence Nationale Sanitaire

 * la Direction de l'Alliance Nationale pour les Sciences de la Vie et de la Santé : Epidémiologie-France

 * Le Centre National de Recherche Scientifique en Virologie Moléculaire

 * L’Agence Nationale de sécurité du médicament et de la Santé.

 * Un nombre d’Infectiologues Parisiens incroyablement et anormalement élevés probablement lié au fait que les Virus et les Bactéries descendent de l'avion à CDG et ouvrent leurs sièges sociaux prés de l’étoile.

 Mais comme tout cela ne suffit toujours pas ! Et suite à cette Épidémie nos Chers Politiques , monstres d'efficacité, de pragmatisme , et toujours soucieux d'économies des finances publiques vont créer :

 - Le Haut Commissariat de lutte contre les Epidémies,

 - Le Haut Conseil de Veille Sanitaire,

 - L’ Agence Nationale de Sécurité de Logistique Médicale,

 - 5 000 fonctionnaires en plus (et les petits copains à placer) et où ça ? : à Paris, évidemment !

 La prochaine fois, on aura peut être des masques (payants) mais il va manquer lesgants !

 La Médecine Française croule en effet sous l'administratif centralisé.

 Et pour la mise en place du déconfinement, on nomme un Monsieur déconfinement, Jean Castex ENA, puisque il n'y avait personne de compétent et disponible dans l'armée citée précédemment.

 

...

Par Pierre Auguste le 2020-09-15

Relance

Relance

 

Cette fichue pandémie ravageuse qui nous obsède semble avoir eu une vertu. Elle a effrayé les dirigeants Européens qui ont senti la situation économique leur filer dans les doigts comme du mauvais coton.

 Ils ont signé un accord de relance qui est le bienvenu mais paraît bien insuffisant à ceux qui ont quelque expérience des réalités de la vie. Il reste à donner corps, contenu, unité et continuité à cet accord pour qu'il ne s'ajoute pas à la liste des belles intentions sans lendemain.

 Le climat politique et le climat météorologique semblent s'être ligués pour compliquer la tâche de ceux qui, chez-nous, voulaient en un tournemain réduire la dette, les déficits, la consommation d'énergie, la production d'électricité nucléaire, l'utilisation de l'énergie carbonée, le chômage, la crise du logement, la vétusté de l'immobilier, l'insécurité, le nombre des pertes humaines, les discordances politiques...

 Les premières idées directrices du plan de relance national inspirent la crainte de voir prendre à rebours la définition de son contenu avant de prétendre en faire un secteur d'activité.

En bonne logique le développement économique commence par la définition d'objets et de services susceptibles d'intéresser des acquéreurs éventuels solvables et déterminés. La production est ensuite lancée, développée et en cas de succès finit par constituer un secteur d'activité . Les résultats risquent d'être médiocres comme le furent en d'autres temps ceux du plan calcul national.

 C'est à l'inverse en fabricant des produits que l'on apprend à les définir et à les construire et que l'on développe des secteurs d'activité nationaux puis européens comme l'industrie aéronautique et spatiale.

C'est en construisant des centrales qu'en partant de la célèbre pile Zoé, nous avons développé notre industrie nucléaire que les panthéistes de l'écologie politique s'acharnent à vouloir démanteler.

 Ceux qui ont quelque expérience de la production et de la distribution électrique connaissent la difficulté d'assurer la disponibilité et la régulation d'un réseau hétérogène.

 Nous savions que certains pays ont massivement misé sur les énergies renouvelables pour produire leur électricité. Les gazettes nous ont relaté les expédients employés ici ou là pour rafraîchir l'atmosphère des logements durant la canicule.

 Faisait-il trop chaud ? Qu'à cela ne tienne. Il suffisait de mettre en marche les climatiseurs. La production solaire devenait-elle insuffisante la nuit ? Il suffisait d'y suppléer en remettant en marche les centrales au charbon . Le bilan carbone attendra qu'il fasse moins chaud pour rafraîchir l'atmosphère !

 Je suis toujours frappé par le caractère irraisonné, déraisonnable et impérieux de la phobie de l'énergie nucléaire.

 Certes cette production n'est pas sans dangers. Mais ses risques sont désormais scientifiquement bien connus et maîtrisés par la compétence des acteurs, la rigueur du partage des tâches et de leur l'exécution, la précision des retours d'expérience, l'intransigeance des contrôles. Que les morts y soient comptés par le monde un par un sur des décennies devrait inciter à réfléchir les dirigeants qui comptent sereinement par milliers en quelques mois les flux de victimes du virus COVID 19.

Et voilà que l'on nous sort, comme d'un chapeau la perspective de produire de l'hydrogène par la filière nucléaire sans dire ce que vont devenir nos centrales !

 La sagesse et la science devraient conduire l'Europe à se doter d'un programme énergétique commun dans lequel l'électricité d'origine nucléaire aurait une place éminente en tous ses aspects et en toutes les techniques qui la servent.

 Nous vivons des temps difficiles que les tenancier du pouvoir voudraient surmonter par la pédagogie qu'ils assaisonnent mieux qu'ils ne la pratiquent. Ils accréditent ainsi les idées selon lesquelles le peuple serait constitué d'enfants et la gouvernance asservie à la puérilité ou aux despotes.

 La pratique démocratique appelle la formation scientifique et civique de tous les citoyens afin que le peuple souverain soit associé sérieusement aux décisions sérieuses.

 La volonté de procéder à une rénovation massive de l'immobilier par le renouvellement de l'équipement électrique et l'isolation ne paraît pas très réaliste. C'est vouloir transformer villes et villages en un vaste chantier sans disposer des entreprises et des personnels compétents pour le conduire à bonne fin à bref délai.

 En toutes affaires humaines, il faut cumuler le temps des intentions, le temps des études, le temps des décisions, le temps des approches, le temps d'initiation, le temps d'exécution. Et il vaut mieux ne pas confondre le temps politique et le temps des amours.

 

Pierre Auguste

Le 9 septembre 2020

 

 

 

 

...

Par Pierre Auguste le 2020-09-08

Le Langage désarticulé

 

 

 L'homme est un grand singe. Il a eu l'idée de se lever sur ses pattes de derrière afin de mieux explorer et agrandir sont terrain de chasse. Dans le même temps, il a articulé son langage pour ne pas s'égosiller, ne pas alerter ses proies, prendre le temps de réfléchir, se concerter utilement avant d'agir.

 René Descartes, ce grand maître-singe oublié, a même écrit dès le premier principe de sa célèbre méthode qu'il fallait éviter soigneusement la « précipitation et la prévention.... »

...

Par Pierre Auguste le 2020-09-01

Virus, Virus, Virus...

 

 

On nous a beaucoup parlé de virus. On nous en parle tous les jours . On nous en parlera encore.

Dans la confusion générale nul ne sait très bien de quoi on nous parle.

On nous dit tantôt qu'un virus n'est pas un être vivant. Tantôt on nous dit par l'étymologie que c'est une substance organique évolutive, non observable par les instruments usuels, issue de quelque être vivant, capable de perturber le fonctionnement d'autres êtres vivants.

...

Par Pierre Auguste le 2020-08-18

Ô espérances vaines

 

j'ai fait un rêve « étrange et pénétrant ». Bien que je n'aie jamais été candidat à quelque fonction politique, je fus anticonstitutionnellement, élu Président de la République ! La situation politique du pays étant chaotique, il me fallut bien obtempérer sans me soucier des procédures.

Vieux routard de la vie, je savais depuis longtemps qu'on ne peut plaire en même temps à tout le monde, notamment à sa femme et à ses chefs. Toute doctrine politique me paraissait vaine et vouée à l'échec. À tâtons dans les brumes de mon rêve, je me suis mis en quête d'une théorie politique dont le contenu serait proche du zéro absolu.

...

Par Pierre Auguste le 2020-07-21

Les casseurs d'assiettes.

 

 

Les discours sur la reprise économique m'ont remis en mémoire un souvenir d'enfant. J'avais alors dix ans. J'avais fait un détour sur le chemin de l'école pour observer l'animation d'un jour de foire. Je me suis attardé devant l'étal d'un marchand de vaisselle pour l'admirer dans la pratique insolite de son métier.

Arrivé en retard à l'école je dus longtemps expier ce crime par des conjugaisons écrites de verbes, à tous les temps et à tous les modes.

Allez savoir pourquoi, je pense à ce camelot chaque fois que j'entends quelque discours électoral promettant que désormais rien ne sera plus comme avant.

...

Par Pierre Auguste le 2020-07-14

Le temps des batraciens

 

Si quelque écologiste condescendait à lire cette taquinerie, il doit d'emblée savoir que je n'ai rien contre la diversité biologique. Sauf quand je suis dévoré par les puces !

J'écoute et je lis avec consternation les idées fixes ressassées par quelques spécimens de « l'écologie politique ». Leur totalitarisme autoritaire me paraît plus menaçant pour l'humanité que ne le sont pour la planète et la nature toutes les espèces vivantes qui les habitent.

...

Par Pierre Auguste le 2020-07-07

En finir avec le porte-parole et le porte-plume

 

La république est en quête d'économies. Ses dirigeants ont pris la douce habitude de déléguer à des fonctionnaire les tâche difficiles. Rien n'est plus difficile pour le chef que de fixer sa pensée et de la formuler afin de la rendre compréhensible.

Toutes les institutions sont pourtant vouées à cet exercice mais ne suffisent pas à la tâche. C'est ainsi que s'est accru au cours des âges le nombre de ceux qui parlent, écrivent, débattent, au nom et pour la gloire des chefs .

...

Par Pierre Auguste le 2020-06-30

Le temps des révisions.

 

Le monde entier est atteint par un méchant virus. Les devanciers les mieux couronnés de ce perfide sont ravalés au rang de simple rhume des foins.

Nous vivions tranquillement confinés en notre appendice géographique que le monde entier nous enviait. Le pays avait même recommandé à ses enfants de s'expatrier pour apprendre aux autres à vivre. Nos enseignements ne furent pas appréciés de tous. Ils suscitèrent en retour des vocations pédagogiques qui dérogent à notre goût.

...

Par Pierre Auguste le 2020-06-23

Le temps des sottises

 

Plus j'écoute, plus je regarde et plus je lis, plus j'ai l'impression que le nombre de fous s'accroît sur cette terre.

J'en viens à penser que notre René Descartes national a dit une sottise lorsqu'il a déclaré que « le bon sens est la chose du monde la mieux partagée. » Mais je lui dois aussi d'avoir adopté dès mon jeune âge son principe de tout révoquer en doute, méthodiquement. J'en ai retenu la conviction selon laquelle mon esprit critique, comme le vin et le fromage, s'est amélioré avec le temps et le grand 'âge. Comme nous sommes entre nous, je vais vous faire une confidence : Jamais je n'ai été plus vieux, donc plus sage qu'aujourd'hui !

...

Par Pierre Auguste le 2020-06-16

Critique de la Déraison pure.

 

Le monde entier est en fureur. Les hommes, merveilles de la nature, ont perdu la raison. Nul ne sait quelle mouche les a piqués ni combien de virus les ont contaminés.

Le mal est toujours plus ancien et plus grave qu'on ne croit. Par la force des habitudes, le corps des savants est toujours un peu empégué dans ses théories, et le corps politique inhibé dans ses doctrines pour ne pas effaroucher ses mandants. Le peuple adulte ne se distingue plus guère du peuple enfant.

...

Par Pierre Auguste le 2020-06-09

Le grand couronnement

 

 

20020 restera dans l'Histoire comme l'année d'un grand cru. Non pour son vin mais pour son virus.

Dans le monde entier chacun a pu en déguster les effets. Mais inégalement.

...

Par Pierre Auguste le 2020-06-01

Le Changement et le Change

 

 

Les Français étaient nombreux à vouloir le changement. Les ambitieux le leur ont promis.

Nous avons ainsi été enfiévrés par un accès de « dégagisme ». Comme jadis au carnaval nous avons vu se renouveler le défilé des grosses têtes.

Très vite, le bon vieux peuple a eu le sentiment qu'il n'avait pas gagné au change.

...

Par Pierre Auguste le 2020-05-26

Politique du Logement. Entre démesure et exiguïté.

 

 

En notre fier pays, nous vivons dans le péché bureaucratique. Nul bureaucrate n'en confesse la faute.

Liberté, égalité et fraternité sont à l'œuvre. En principe. Mais la fatalité, le rêve, les réalités et le temps qui passe se jouent des intentions de l'homme et de ses principes.

Il y a environ deux ans nous avons publié ici quelques observations sur la définition et la mise en œuvre d'une politique du logement cohérente.

...

Par Pierre Auguste le 2020-05-19

Les Grands Mots au secours des Grands Remèdes

 

 

Pour exister, nos élites se pressent sur les plus hauts degrés du vocabulaire. S'ils en descendent c'est pour plaire à quelque hiérarque ou à la vox populi qui aime tout savoir sans avoir à apprendre.

Moi qui pourtant me plais à interpeller les grands au second degré, je tente de hisser mes mots jusqu'à leur niveau. Tant pis si je porte ombrage à ceux qui croient avoir tout appris en leurs prestigieuses écoles.

...

Par Pierre Auguste le 2020-05-12

Aux confins de la vie

 

Cette année 2020 restera dans les annales. Mises à part quelques Cassandre, personne n'attendait ce fichu virus qui a lancé l'humanité dans une effroyable course à la mort, bouleversé la vie des survivants, pris en défaut les dirigeants, semé le doute dans l'esprit de l'homo sapiens qui se croyait maître de son destin.

...

Par Pierre Auguste le 2020-05-05

La chemise d'un homme heureux

 

J'appartiens sans doute à la dernière génération d'écoliers instruits par les hussards noirs de la république. Le style de leur tenue imposait la rigueur du personnage : Veste noire, gilet et pantalon rayés gris sur gris, guêtres gris clair assorti à la cravate .

La fermeté du ton n'engageait guère à la contestation du savoir et au vagabondage des esprits. La montre enchaînée d'or au gousset rythmait le travail avec précision. Le lorgnon enchaîné d'or à la pochette pectorale surpassait en sûreté et en vitesse nos meilleurs correcteurs informatiques.

...

Par Pierre Auguste le 2020-04-28

Nos ancêtres les Virus

 

Il ne faut pas trop médire de nos ancêtres. Même s'ils nous paraissent un peu trop primitifs. Tout change en ce bas monde et d'abord l'idée que nous avons de nous-mêmes et de nos origines.

J'aimais bien Adam, Ève et l'histoire de leur rencontre. Les confesseurs et les anthropologues ont un peu écorné leur image. Je trouve trop sévère la sanction de les avoir rétrogradés dans les arbres généalogique.

Un certain Darwin a substitué un primate à Adam sans même songer à lui donner une épouse.

...

Par Pierre Auguste le 2020-04-21

Petites remarques au fil du temps

 

Nous revendiquons l'héritage culturel des Hellènes. Et pourtant nous cumulons des petites dépenses qui creusent une dette assez profonde pour ensabler nos grands projets.

Nos rois et leurs héritiers républicains ont toujours voulu oublier ce sage grec qui, méditant sur une plage, se posait la question de savoir combien il faut de grains de sable pour faire un tas de sable.

...

Par Pierre Auguste le 2020-04-14

Virus. Pour qui sonnera le glas ?

 

Je vais vous faire un aveu. J'ai des difficultés à suivre les acrobaties intellectuelles de nos stratèges politico-sanitaires pour justifier leurs décisions relatives à la guerre mondiale du virus.

Les attendus des discours sont changeants. La logique est versatile. Les démonstrations sont embrouillées. Les arguments ne sont guère convaincants. Les prescriptions sont impératives comme des ordonnances politiques et intelligibles comme des ordonnances médicales.

...

Par Pierre Auguste le 2020-04-07

Reprise économique. Un chemin montant, sablonneux, malaisé.

 

Notre beau pays a toujours Jean de La Fontaine pour se stimuler quand le chemin devient difficile pour le char de l'état. Mais en général le coach n'aime pas être piqué par les mouches.

Les malicieuses remarques d'Alexandre Vialatte seraient sans doute mieux acceptées, et donc plus efficaces, que les austères moralités de notre fin fabuliste.

Après avoir parcouru l'Auvergne à bicyclette dans toute ses dimensions Vialatte avait observé que le pays qui a inventé les caisses d'épargne avait « plus de routes qui montent que de routes qui descendent. » Cette remarque devrait éveiller l'esprit de ceux qui veulent extraire des profondeurs les activités économiques dans lesquelles le fameux cornavirus Covid-19 les a précipitées.

...

Par Pierre Auguste le 2020-03-31

Santé. Fais ce que tu fais.

 

Age quod agis. Ce vieil adage latin me revient en mémoire quand j'observe le peuple souverain et ses représentants débattre sur la manière de se battre contre le virus qui ravage l'humanité. Fais ce que tu fais dirait-on en Français.

L'individu pense d'abord à la préservation de son confort immédiat et remet à demain sa sauvegarde et celle des ses proches.

Les peurs font courir les inquiets. Insouciants et réfractaires traînent la patte.

...

Par Pierre Auguste le 2020-03-24

Soins à domicile. Discours et réalités

 

 

L'humanité aime à osciller entre ses grandes espérances et ses grandes peurs. Après avoir rêvé de paix, de prospérité, d'ouverture et d'ataraxie universelles la voilà qui sombre dans l'épouvante du galop des quatre chevaux de l’apocalypse.

Comme toujours, nous partons au galop contre les conquêtes, la guerre, la maladie, la mort. Nous devrons même affronter ce cinquième cheval, de feu climatique, qui embrase la planète. Face à tous ces chevaux, nous voilà bien montés !

...

Par Pierre Auguste le 2020-03-17

ÉDUCATION. Le Galimatias nouveau est annoncé.

 

En mon tout jeune âge, j'ai été bercé par la langue occitane. Elle était très riche pour dire un mot gentil, intimer les rappels à l'ordre, assener quelque plaisanterie. Mes vieux instituteurs, qui étaient disciplinés m'ont appris le français. Ils châtiaient le langage en cultivant ce qu'il y avait de fructueux dans le parler alors frappé d'indignité officielle.

En ce début de siècle vingt-et-un, les douces mères de notre douce France ne savent plus très bien quelle langue elles doivent parler, entendre, écrire, lire, appendre à leurs enfants.

...

Par Pierre Auguste le 2020-03-10

Gouvernance. Du travail pour Hercule alias Héraclès

 

 

Le vingtième siècle a été marqué par un déferlement des applications de la science.

L'exploitation de l'énergie nucléaire, le développement des moyens de transport, notamment aériens, la naissance de l'exploration spatiale, les progrès de la médecine, la multiplication des usages de l'électricité, l'avènement de l'informatique, la banalisation de la transmission des informations, la multiplication des moyens de production et de diffusion des sons et des images, la genèse du réseau Internet en sont autant de preuves. L'interfécondité des disciplines a renforcé les effets de chacune. Il n'y a guère que les ennemis impénitents du scientisme pour le regretter.

...

Par Pierre Auguste le 2020-03-03

Internet. Liberté d'expression et traçabilité

 

 

L'humanité a mis longtemps a comprendre qu'Internet est un nouvel avatar de la langue d'Ésope. Il a fallu et il faut encore tout essayer. Pendant l'inventaire les affaires continuent.

Internet est un Zinzin interlope, héritier de la machine à écrire, avec lequel on peut écouter, parler, s'instruire, commercer, traficoter, débattre, voter, commander, converser, médire, calomnier, comploter, draguer, batifoler...Et sévir.

...

Par Pierre Auguste le 2020-02-25

L'art de l'enjolivement statistique.

 

Les dernières statistiques annoncent une reprise de la création d'emplois et une baisse corrélative du chômage. Comme tout le monde, je m'en réjouis.

Les médias et les plateaux de télévision qui leur sont associés ont embouché leurs trompettes de la renommée pour saluer l'événement. Quelque peu tenus de relayer les porte-paroles du gouvernement, certains communicateurs n'ont pas lésiné sur l'enjolivement de la situation. Tel ce titre : En 2019, l’emploi en France a connu une belle embellie.

...

Par Pierre Auguste le 2020-02-18

À chacun sa lorgnette

 

 

Il flotte dans l'air du temps comme un parfum d'incertitude. Qu'il soit politicien, chef d'entreprise, travailleur indépendant, fonctionnaire, enseignant ou simple citoyen, chacun se demandeà quelle sauce il va être mangé aujourd'hui. Et il cherche ce qu'il doit faire faire à autrui pour avoir demain quelque chose à se mettre sous la dent qui lui restera.

...

Par Pierre Auguste le 2020-02-11

Dictionnaire des idées reçues

 

 

Il est temps de réveiller Gustave.

C'est de Flaubert que je parle. Ce n'est pas tellement son féminisme précurseur qui m'intéresse. En déclarant « Madame Bovary c'est moi » il a ouvert la voie à l'anti-machisme actuel qui agace un peu par ses outrances.

 Ceux qui, comme moi, ont eu une mère, trois sœurs, une épouse, une fille, deux belles-filles, deux belles-petites-filles, deux arrière-petites-filles, cinq belles-sœurs, d'innombrables tantes, cousines, et nièces, ont une longue pratique du féminisme de proximité. Il vaut mieux leur parler, avec douceur, de la douce féminité. Ils savent par ailleurs qu'il est tout aussi vain d'interdire l'amour que de l'exiger.

...

Par Pierre Auguste le 2020-02-04

Le petit monde des penseurs majuscules

 

Depuis qu'il s'est ouvert, le vaste monde a rétréci. Tout y est devenu plus compliqué. Chacun de nous dépend toujours de quelque autre.

 Les ambitieux ne doutent plus de rien, surtout pas de leur pensée. Ils se croient investis de la mission d'agir pour le grand bien de tous.

 Sil ne devait rester qu'un minuscule réfractaire à la pensée majuscule, je serais celui-là.

...

Par Pierre Auguste le 2020-01-28

On peut toujours rêver

 

 

Comme Gaston Lagaffe, je m'étais endormi en sursaut. Devant la télévision.

J'y ai fait un « rêve étrange et pénétrant ».

Je présidais le conseil des ministres. La situation politique médiocre me préoccupait. Je devais mettre un peu d'ordre dans mes intentions politiques, insuffler des ardeurs nouvelles, infléchir les actions gouvernementales.

...

Par Pierre Auguste le 2020-01-21

Un certain petit livre rouge.

 

 

On a attribué à Jacques Chirac cette vigoureuse formule devenue célèbre :

« Quand on me parle de culture, je sors mon pistolet. »

À chacun son sujet. À chacun son arme. À chaque génération son langage.

Quand certains mettent leur sabre au clair, ce n'est pas toujours pour rendre des honneurs ou pour faire des moulinets. Il existe encore des experts de l'estoc et de la taille. Par le verbe.

...

Par Pierre Auguste le 2020-01-14

Retraite. Prospectives et Cafouillades.

 

 

La jeune génération se fait du souci pour son avenir. Elle a de bonnes raisons.

Quand j'entends toutes les âneries qui se disent aujourd'hui, je pense à cette saillie attribuée à Turenne (1611-1675) dont on ne sait si elle s'adressait à son cheval ou à lui même :

« Tu trembles carcasse, mais si tu savais où je te mène, tu tremblerais bien plus encore ! »

 Le grand « mouvement » de protestation qui immobilise la France fait penser aussi au siège de Charleroi qui, au temps du Roi soleil, fit l'objet se sept sièges en vingt-sept-ans, dont la marquise de Sévigné (1626-1696) disait « qu'il avait fait courir tous les jeunes gens, même les boiteux. »

Allons-nous assister, à travers les âges, à un concours d'obstination entre nos souverains jupitériens ?

...

Par Pierre Auguste le 2020-01-07